Le Jour et La Nuit
Le Jour et La Nuit

Le Grand Prix remis par Costa-Gavras et Agnès Jaoui

120 battements par minutes réalisé par Robin Campillo

Ne sombrant ni dans le pathos, ni dans le sentimentalisme, ni dans le documentaire, le film montre l’activisme parfois violent, toujours percutant et raconte aussi dans sa dernière partie la bouleversante histoire d’amour entre Sean, malade du sida, et Nathan, qui ne l’est pas. De l’aventure d’Act Up Paris, le réalisateur restitue les opérations spectaculaires à coups de jets de poches de faux sang, les débats pour décider des actions à mener, mais il montre aussi le sexe, l’amour, les gay pride et les soirées  entre potes sur rythme de House.

 

Le film relate  l’histoire de l’association Act Up Paris peu connue du grand public et relate  les actions coup de poing qu’elle a mené pour rappeler aux politiques, aux responsables d’association et aux laboratoires pharmaceutiques l’urgence qu’il y avait  à agir car l’épidémie du sida est loin d’être jugulée. Son but était de leur faire prendre conscience qu’un vaccin n’existe toujours pas et que les traitements médicaux sont très lourds  et très difficiles à supporter par les victimes dévastées par ce fléau. Encore peu connus du grand public, l’acteur d’origine argentine Nahuel Perez Biscayart et Arnaud Valois sont bouleversants, aux côtés de la talentueuse Adèle Haenel.

 

Robin Campillo a demandé l’assistance de Philippe Mangeot, président d’Act Up Paris de 1997 à 1999, pour écrire le scénario de son film avec le plus de véracité possible.