Le Jour et La Nuit
Le Jour et La Nuit

Corporate

Jusqu’où iriez vous pour sauvez votre entreprise ?
C’est aux Rencontres du sud à Avignon que Nicolas Silhol, accompagné de son interprète principale, Céline Sallette est venu présenter son dernier film Corporate.

 

Corporate est le dernier film de Nicolas Silhol, qui nous dresse le tableau effrayant de cet univers impitoyable d’un monde du travail où règne l’esprit Corporate, c’est à dire cet endoctrinement, qui fait passer l’intérêt de l’entreprise au dessus des sentiments humains et des considérations humanistes que devraient avoir les responsables de la gestion et des ressources humaines. L’objectif est le profit coûte que coûte ! Qu’importe les dégâts collatéraux ! Qu’importe les suicides comme ceux auxquels on a assisté au sein de France Télécom. Car ce système de management par la terreur a suscité, par le passé et  suscite aujourd’hui encore, une déferlante de suicides.

Dans Corporate, le film qui nous préoccupe, Emilie Tesson-Hansen incarnée par Céline Salette est une jeune et brillante responsable des Ressources Humaines, une « killeuse », une femme qui éprouve la jouissance du pouvoir. Suite à un drame au cœur de son entreprise, une enquête est ouverte par la police et l’inspection du travail. Elle se retrouve en première ligne. Elle doit faire face à la pression de l’inspectrice du travail, mais aussi à sa hiérarchie qui menace de se retourner contre elle. Emilie est bien décidée à sauver sa peau. Mais jusqu’où restera-t-elle Corporate ?

Nicolas Silhol raconte avoir toujours été intéressé par les rapports humains au sein de l’ entreprise. « Ce n’est pas un hasard, mon père, était prof de management en école de commerce et consultant en ressources humaines. J’ai passé beaucoup de temps à discuter de ces enjeux avec lui. Mon premier court-métrage parlait d’ailleurs déjà de ce sujet dans le cadre d’un jeu de rôles. Le film raconte l’histoire d’une libération, celle d’Emilie, qui sous la pression de l’entreprise et de l’inspection du travail voit sa carapace se fissurer. Elle laisse alors ses émotions émerger et assume ses responsabilités. Cette femme de pouvoir qui a réussi à s’imposer dans un monde d’hommes, qui était l’exécutive woman parfaite, finit par s’adoucir à la suite de sa confrontation avec l’inspectrice du travail.   A la fin du film, Emilie n’est pas sortie d’affaire, elle n’est pas sauvée, mais elle a fait un choix. Il ne s’agit pas d’une happy end hollywoodienne, d’une rédemption. Emilie incarne simplement une héroïne des temps modernes sans pathos, sans cinéma. Elle est une femme qui assume sa prise de conscience avec courage et dignité. La fin est plutôt optimiste malgré la terrible tragédie à laquelle a été confrontée la jeune responsable des Ressources humaines.
Céline Sallette que l’on va bientôt voir dans Cessez le feu, le film d’Emmanuel Courcol avec Romain Duris s’avère de plus en plus comme une excellente actrice. Elle a ce côté énigmatique, mystérieux, cette fêlure et cette profondeur de la grande Charlotte Rampling.

 

Sortie sur nos écrans le 5 avril

 

Catherine Merveilleux