Le Jour et La Nuit
Le Jour et La Nuit

De toutes mes forces de Chad Chanouga

Rencontre avec Chad Chanouga, réalisateur de De toutes mes forces, un film en grande partie autobiographique et bouleversant, qui prouve que même si l’on a des bleus à l’âme et que les fées ne se sont pas penchées sur votre berceau, la résilience est toujours possible.

 

Nassim est en première dans un grand lycée parisien et semble aussi insouciant que ses copains. Personne ne se doute qu’en réalité, il vient de perdre sa mère et rentre chaque soir dans un foyer. Malgré la bienveillance de la directrice, dans un premier temps, il refuse d’être assimilé aux jeunes de ce centre. Tel un funambule, Nassim navigue entre deux vies, qui ne doivent à aucun prix se rencontrer…
Remarqué par un premier long métrage 17 rue bleue, Chad Chanouga signe un  2° film ardent, authentique et lumineux, malgré le sujet qui est dramatique. « Comme mon héros Nassim (Khaled Aloach), j’ai perdu ma mère malade, à la suite d’une overdose de médicaments. Comme lui, j’ai été placé dans un foyer de la DASS à l’âge de 16 ans. J’habitais et j’allais dans un lycée huppé du  IX° arrondissement de Paris et j’ai été placé dans un foyer de banlieue. J’ai ainsi navigué entre deux mondes et caché ma situation à mes amis qui vivaient dans un monde privilégié, alors que dans mon foyer, je côtoyais des cas sociaux, qu’au début, je tolérais, mais qui avec le temps sont devenus des camarades.»
Le film de Chad Chanouga donne de l’espoir en l’avenir. Comme Zawady, l’un des personnages du film qui est l’une pensionnaire du foyer (Jisca Kalvanda vue dans le film Divines primé au Festival de Cannes) et qui travaille de toutes ses forces pour devenir médecin, Chad Chanouga pense que l’ascenseur social existe. « Moi, c’est la lecture qui m’a sauvé, elle m’a ouvert des perspectives d’avenir. J’ai ensuite eu la chance d’avoir par l’intermédiaire d’une amis des invitations pour le théâtre. J’ai suivi la classe libre du Cours Florent avec Francis Huster comme professeur. Je suis aujourd’hui prof au Cours Florent et j’ai la chance de pouvoir réaliser des films. » A la fin du film, Nassim et ses copains mettent le feu aux dossiers qui les stigmatisent et Chad Chanouga explique : « Moi et mes copains du foyer, un soir de Noël avons mis le feu au Foyer qui nous hébergeait. La vie était intenable. Le directeur était un ancien militaire caractériel qui buvait, qui insultait les Maghrébins et qui était extrêmement violent et bien différent de la directrice du foyer de Nassim incarnée par Yolande Moreau, qui est, elle, pleine de bienveillance. Nous avons alors été placés dans un foyer fermé. » A la question: « Qu'est-ce qui fait que vous, vous en êtes sorti ? Chad répond : « Je pense que c’est grâce à la culture,  aux gens qui ont cru en moi et qui m’ont fait confiance et surtout au fait que là où elle est ma mère doit être fière de moi.  Aujourd’hui, j’ai une famille, une fille. Je ne lui ai pas tout raconté, mais j’ai vu avec elle, le très beau film Ma Vie de Courgette. Ce qui m’a permis d’aborder avec elle le sujet des foyers. C’est une première étape car elle est encore petite. »
Un film fort et sensible. Yolande Moreau est exceptionnelle. Quant à Khaled Alouach, il crève l’écran et mérite un César. Il a le physique d’un héros romantique et beaucoup de talent. On n’a pas fini d’entendre parler de lui !


Sorti sur nos écrans le 3 mai

 

Catherine Merveilleux