Le Jour et La Nuit
Le Jour et La Nuit

Le Redoutable, la dernière comédie d’ Hazanavicius

C’est au Renoir à Aix-en-Provence que Michel Hazanavicius est venu présenter son film, le Redoutable, en avant-première. Un film très attendu sur Godard, le réalisateur du Mépris et de À bout de souffle. Un pastiche irrésistiblement drôle sur cette figure emblématique et tourmentée de la Nouvelle vague. C’est à la fois à mourir de rire et émouvant.

 

 

Nous avons rencontré Michel Hazanavicius en présence de Bérénice Bejo, sa compagne, à l’hôtel du Pigonnet. Le film est l’adaptation du livre autobiographique Un an après d’Anne Wiazmsky, petite fille de Mauriac, qui épousa Godard en 1967. Le film nominé au Festival de Cannes 2017 pour la Palme d’or est à la fois une comédie, un film d’amour et une fresque de société sur l’époque qui entoure Mai 68. Rencontre avec Michel Hazanavicius et  Bérénice Bejo, ce couple célèbre qui remporta 5 Oscars et 6 César pour The Artist.

 

 

Lorsqu’elle a vu le film à Cannes, Anne Wiazmsky a déclaré à Michel Hazanavicius : « Vous avez réussi à faire d’une tragédie, une comédie. » Son livre relate sa vie avec Jean-Luc Godard qu’elle aima passionnément, qu’elle épousa et dont elle fut l’égérie notamment dans le film, La Chinoise, avant de le quitter à cause de son caractère, de son mépris et de nombreuses divergences. Michel Hazanavicius tient à préciser : « Attention, ce film n’est pas une thèse sur Jean-Luc Godard, c’est une comédie. Il ne faut pas que le public le boude en pensant qu’il est réservé aux cinéphiles. J’ai acheté les droits du livre d’Anne, j’ai gardé certaines phrases, exploité certaines situations réelles, mais mon objectif était avant tout de parler d’un être humain qui décide de devenir quelqu’un d’autre. Je ne suis pas psychanalyste, mais il paraît évident, sans faire de psychanalyse de bas étage que Godard était un homme plein de paradoxes, d’obsessions et d’autodestruction, notamment lorsqu’il dit Godard est mort, qu’il décide de ne plus signer ses propres films et de pratiquer l’autogestion. Lorsqu’il découvre Mai 68, le Maoïste qu’il est s’enthousiasme. Le souffle de la Révolution le transporte, le transcende, mais il est dépassé par les Situationnistes encore plus à gauche que lui. J’avais envie de parler de Mai 68, de ses slogans créatifs, de ce grand souffle qui bouleversa la France. »
 Bérénice Bejo qui interprète le rôle de Michèle Rosier et qui a beaucoup tourné avec Michel Hazanavicius, notamment dans OSS 117, Le Caire nid d’espions puis dans The Artist pour lequel elle reçut l’Oscar de la meilleure actrice, a tout de suite adoré le scénario du Redoutable : « L’histoire est celle de quelqu’un qui décide de devenir quelqu’un d’autre.  C’est de cela dont nous avons tous peur. Anne Wiazemsky l’admire. Elle est fascinée par lui et tout à coup, il décide de devenir quelqu’un d’autre et cela brise leur couple. »

 

 

Le synopsis est le suivant :


Paris 1967. Jean-Luc Godard, le cinéaste le plus en vue de sa génération, tourne La Chinoise avec la femme qu'il aime, Anne Wiazemsky, de 20 ans sa cadette. Ils sont heureux, amoureux, séduisants, ils se marient. Mais la réception du film à sa sortie enclenche chez Jean-Luc Godard une remise en question profonde.
Mai 68 va amplifier le processus, et la crise que traverse Jean-Luc va le transformer profondément passant de cinéaste star en artiste maoiste, hors système aussi incompris qu’incompréhensible. Le titre du film est inspiré par un extrait du film où Godard est impressionné par le sous-marin nucléaire le Redoutable.

Casting : Louis Garrel, Stacy Martin, Bérénice Bejo

Louis Garrel est tout simplement stupéfiant, Stacy Martin lumineuse et Bérénice Bejo parfaite comme toujours. Le film est fin, drôle. C’est du grand Hazanavicius. Le réalisateur reprend, en effet, les manies de Godard, les brusques passages au noir et blanc, les aphorismes sentencieux, les ruptures de ton, les titres en couleur. Il pastiche Godard et c’est très réussi.


Sortie 13 septembre 2017

Catherine Merveilleux