Le Jour et La Nuit
Le Jour et La Nuit

Recommandez cette page sur :

Pourquoi j’ai pas mangé mon père

C’est au Musée du 37 quai Branly que Jamel Debbouze a reçu la presse pour promouvoir son nouveau film « Pourquoi j ‘ai pas mangé mon père » qui sortira le 8 avril en salle.
Très heureux de passer pour la première fois derrière les caméras, Jamel arbore un magnifique sweatshirt rose sur lequel se lit le mot Happy et, qui est, confie t-il, le préféré de sa fille Lila. Le film très attendu est un modèle du genre, tant au niveau du fond que de la forme. Destiné à un public familial, il devrait, selon tout logique attirer un grand nombre de spectateurs. Le film est inspiré du livre de Roy Lewis «Pourquoi J’ai mangé mon père» paru aux éditions «The Evolution Man». Il représente un budget de 40 000 euros et est entièrement réalisé en Motion capture, c’est à dire en capture de mouvement. «Tourner en motion capture ne m’a pas fait peur, déclare en riant Jamel Debbouze, c’est diriger ma femme qui m’a fait peur. » Mélissa Theuriau, son épouse incarne en effet, Lucie, sa compagne dans le film. « C’est fou, ajoute-t-il, j’ai longtemps cherché mon héroïne, mon interprète principale, alors que je l’avais sous les yeux. Elle est Lucie, Lucy in the sky. La première femme de l’humanité.» Grâce au procédé de capture de mouvement, Louis de Funès, mort en 1983, a pu servir de modèle au personnage de Vladimir, les professionnels du film d’animation participant à l’élaboration du film ayant utilisé des images de ses films. Le résultat est remarquable. « Le fait de tourner en Motion capture requiert des qualités particulières, explique Jamel Debbouze. Il faut privilégier le corps, le phrasé n’intervient qu’en phase secondaire. Jouer le rôle d’un Simien, c’est à dire d’un primate préhistorique n’est pas évident. Demander à des comédiens, même les plus accomplis de se mettre à quatre pattes est une véritable gageure. Il ne faut pas être inhibé, ne pas avoir de tabous et ne pas trop se prendre au sérieux. Mélissa et moi, nous avons passé des soirées entières à quatre pattes dans la salle notre salle de bain.
Le synopsis est le suivant : Edouard interprété par Jamel Debbouze est le fils aîné du roi des Simiens. Né avant son frère jumeau Vania et donc légitimement l’héritier du trône, il est rejeté par son père et par sa tribu à cause de son aspect malingre et chétif. Il est alors recueilli par un Ian, un gros singe autiste qui parle mal. Il grandit en sa compagnie loin des siens. Il découvre le feu, la chasse, l’habitat, l’amour avec Lucie et même l’espoir. Généreux, charismatique, il finira en leader charismatique par mener son peuple avec éclat et humour vers la véritable Humanité.
«Lorsque Jérôme Seydoux m’a proposé de mettre en scène cette histoire, j’ai tout de suite été séduit, et j’ai tout de suite accepté, explique Jamel Debbouze, cette histoire me touche, elle est universelle, on est tous tombé de l’arbre, on a tous, un jour ou l’autre été exclu. L’histoire d’Edouard est notre lot commun et je pense que tout un chacun peut s’identifier au personnage. J’aime aussi cette histoire car elle est porteuse d’espoir. Avec l’espoir tout est possible. Il faut croire en l’avenir, les Cassandre nous prédisaient un raz de marée du Front national, au lendemain du 1° tour, il n’en est rien. La France est un beau pays, un pays riche. C’est le pays des Droits de l’Homme. J’ai foi en ce pays comme Edouard a foi en l’humanité.
Un film tout public, plein d’humour, d’humanité, très bien écrit et très bien conçu., remarquablement interprété par Jamel Debbouze et Mélissa Theuriau pour sa première prestation au cinéma. Sortie sur nos écrans le 8 avril.

Catherine Merveilleux