Le Jour et La Nuit
Le Jour et La Nuit

La Fiesta des suds 2017

La Fiesta des suds, qui fut le point de départ de la Movida marseillaise, fête cette année ses 26 ans. C’est désormais un événement incontournable de la Cité Phocéenne. Elle aura lieu cette année du 18 au 21 octobre. La programmation vient d’en être dévoilée, lors d’une conférence de presse aux Docks des suds.

Réunissant têtes d’affiche, talents émergents, cet événement marseillais est une invitation à la fête, aux rencontres. Brûlante, riche de pulsions universelles, cette manifestation fera, cette année encore vibrer les sens au rythme de musiques venues des quatre coins du monde durant trois nuits et une après-midi, «trois nuits telluriques et une après-midi féérique» comme l’a dit Bernard Aubert.
Une pléiade d’artistes venus d’Afrique du sud, du Nigéria, du Burkina, du Canada, du Liban, du Japon, de France, du Mali, des Etats-Unis, de Colombie, d’Algérie ou du Royaume-Uni feront fusionner de manière audacieuse, dans un cocktail atypique, toutes les identités, toutes les tendances, en ouvrant de nouveaux horizons et de nouvelles perspectives.


MERCREDI 18 OCTOBRE

FIESTA DES MINOTS

De 14h à 17h, après-midi festif pour les 6 à 14 ans : musiques, danses, acrobaties, expositions ou autres ateliers.

 

JEUDI 19 OCTOBRE

MHD
Amadou & Mariam
Yasmine Hamdan
LABESS
Dissonant Nation
TREMPLIN ORIZON SUD : GANG OF PEAFOWL

 

VENDREDI 20 OCTOBRE

Bigflo et Oli
Chinese Man
Poni Hoax
Tristesse Contemporaine
Charles X
Taiwan MC
RHINO
BIG Junior

 

 SAMEDI 21 OCTOBRE

Keziah Jones
Spoek Mathambo
Puerto Candelaria
JOEY le SOLDAT

 

Cette année encore, la programmation est fort riche.  Sabine Bernasconi a rappelé que le département était un partenaire historique de ce bel événement, qui par une belle alchimie associe artistes confirmés et artistes néophytes mais néanmoins talentueux. Elle a rappelé l’aspect économique et humain d’événements d’une telle envergure qui permettent de créer de l’emploi et de faire travailler des intermittents du spectacle et déplore, pour sa part, la disparition de emplois aidés.

«En tant que présidente du PLI, je ne peux qu’éprouver de l’inquiétude face à cette disparition» a t-elle déclaré.                                    


Catherine Merveilleux