Le Jour et La Nuit
Le Jour et La Nuit

Kaddish* pour la France ?

On peut mourir en France parce qu’on est juif. C’est le constat sans ambiguïtés que fait Juliette Hochberg, jeune diplômée de l’Ecole supérieure de journalisme. Comment vivre avec cette épée de Damoclès au dessus de la tête ? Au fil d’un échange épistolaire avec son papa, Thierry Hochberg**, auteur, enseignant en géopolitique & philosophie et libraire en livres anciens, la jeune fille s’interroge et cherche une réponse à son angoisse.

Après l’assassinat barbare d’Ilan Halimi par le Gang des barbares, le massacre sanglant de l’école Ozar Hatorah à Toulouse salué en France par un silence assourdissant et une indifférence coupable et consternante, les actes de barbarie se sont multipliés en France avec la tuerie de Charlie Hebdo, le bain de sang de l’Hyper-Casher de la Porte de Vincennes et l’assassinat de Sarah Halimi.

Au fil de son introspection, par le biais d’un dialogue épistolaire vivant, sincère et passionnant, Juliette Hochberg reflète l’inquiétude et l’angoisse d’une jeunesse française d’origine juive qui se sent stigmatisée et en grand  danger. Que faire ? Fuir ? Choisir l’exil volontaire et faire son Alyah ou faire front ? La jeune fille est lucide et consciente des difficultés réelles d’une intégration dans un pays où la langue, la mentalité et le système universitaire et la protection sociale sont très différents. Israël malgré toutes ses qualités n’est pas l’Eldorado. Il ne faut pas fantasmer.
De plus, elle aurait l’impression de s’avouer vaincue par la barbarie, le terrorisme en abandonnant le terrain. Elle aurait, en quelque sorte, l’impression de fuir. C’est pour elle un véritable dilemme et une véritable angoisse. Ecartelée entre son envie de peut-être réaliser son Alyah et son envie de ne pas renoncer à sa vie en France, elle questionne son père, qui a lui-même travaillé dans un Kibboutz dans sa jeunesse. Il lui répond qu’à son époque partir en Israël n’était pas une fuite, un refuge. « A l’époque de ma jeunesse, on partait au Kibboutz, pour construire, pas pour échapper à… La situation n’est plus du tout la même », explique-t-il.
Ce dialogue sans tabous, étayé par des faits, des témoignages, des événements précis et des souvenirs offre matière à réflexion. Il se lit d’une traite et avec plaisir. Plein d’humour et de tendresse, il touche au cœur et interpelle. Quel avenir la France offre-t-elle aux  jeunes Français de confession ou d’origine juive ? L’alternative  restera-t-elle pour eux de  périr dans un attentat ou de quitter leur Patrie, le pays des Droits de l’Homme, pour échapper à une mort  inéluctable ?

 

*Le Kaddish est la prière des morts dans la religion juive
** Thierry Hochberg est aussi l’auteur de Paris-Auschwittz-Paris 1993. Prix mémoire de la Shoah écrit avec son père, rescapé des Camps de la mort.


Kaddish pour la France.

Editions Le Bord de l’eau.
Collection Judaïsme dirigée par Antoine Spire

 

Catherine Merveilleux

 

#judaïsme, #attentatterroriste, #ilanhalimi, #ecoleozarhatorah, #terrorisme, #antisemitisme, #attentats, #alyah, #shoah, #kaddishpourlafrance, #thierryhochberg, #juliettehochberg, #antoinespire Catherine Merveilleux, lejouretlanuit.net, Le Jour et La Nuit, Marseille,


Email