Le Jour et La Nuit
Le Jour et La Nuit

Martine Malory, une chanteuse solaire et charismatique du sud

Née dans le sud de la France, non loin d’Aix-en-Provence et de Marseille, Martine Malory est toujours rayonnante. Elle irradie littéralement de charisme et de gentillesse. Elle est la marraine de deux associations caritatives au profit des enfants. Après le succès de son album «C’est la vie qui court», elle s’investit dans un nouveau projet.

 

 

Catherine Merveilleux : Quelle est votre actualité Martine ?
Martine Malory : Je travaille actuellement à la composition de mon nouvel album dont le producteur sera Jean Lahcene. C’est Nicoletta, qui grâce à Zize, m’a présentée à Jean Lahcene, le producteur des Forbans. Zize, alias Loulou, qui joue actuellement à la comédie Caumartin m’a toujours beaucoup aidée, nous avons été à l’école ensemble. Nous partageons une belle amitié. Je joue d’ailleurs le rôle de sa belle-fille dans la comédie musicale Mamma Mia. Je dois aussi participer à plusieurs spectacles caritatifs de fin d’année.
C.M. : Le caritatif occupe une large place dans votre vie, me semble t-il …
M.M. : Effectivement, je suis marraine de deux associations : J’ai 13envie dont Armelle Weinberg est la présidente et Nounours Accadémy. Ce sont deux associations qui œuvrent pour les enfants malades et hospitalisés à l’hôpital de la Timone. J’ai vécu moi-même des moments difficiles lorsque j’ai été hospitalisée et je suis en totale empathie avec les gens qui souffrent. J’estime que en tant qu’artiste je peux délivrer de la joie et permettre grâce à ma passion, le chant, de récolter des fonds pour les enfants.
C.M. : Vous avez prononcé le mot passion?. Quand est née cette passion chez vous ?
M.M. : Très jeune, en fait. A 6 ans, j’ai commencé le piano et à 8 ans, je suis entrée dans une chorale. La directrice m’a remarquée et m’a fait chanter en solo sur scène. Ma passion était née et elle ne m’a jamais quittée.
C.M. : Vos parents ont-ils encouragé cette passion ou vous ont-ils dissuadée?
M.M. : Non seulement, ils m’ont encouragée, mais ils se sont sacrifiés pour moi. Je suis issue d’une famille relativement modeste, mais ils ont tout fait pour que je bénéficie de la meilleure formation possible. Ma mère m’a toujours suivie. J’ai eu le droit à des cours de chant, de respiration, de théâtre, de danse. Ma maman travaillait, mais elle a toujours veillé à ce que j’ai les meilleurs cours avec les meilleurs professeurs.
C.M. : Vous avez gagné de nombreux concours et, ce très jeune, me semble-t-il …
M.M. : Effectivement, j’ai gagné «Le Concours du Trophée de la Chanson» à Marseille. J’ai ensuite participé à de nombreux galas aux côtés d’Herbert Léonard, de Claude Barzotti, des Forbans et j’ai participé à des émissions télévisées aux côtés de Mireille Mathieu, de Sacha Distel, d’Herbert Léonard, de Catherine Lara et de bien d’autres stars des années 80. A 15 ans, j’ai travaillé avec  Patrick Fiori qui m’a écrit une chanson «Un cri dans la nuit». J’ai ensuite croisé au cours de nombreux galas des stars comme  Mylène Farmer, Serge Gainsbourg ou Johnny Hallyday, bref les plus grands. J’ai ensuite tourné dans quelques films, notamment dans Trop belle pour toi. J’ai aussi eu la chance d’apparaître sur grand écran aux côtés de monstres sacrés tels que Gérard Depardieu ou Christophe Malavoy. J’ai même eu la chance d’être présélectionnée pour représenter la Suisse, lors de l’Eurovision à l’âge de 20 ans. Mon premier tube fut Baby Music édité par Phonogram Barclay et produit par l’équipe de Début de soirée. J’ai toujours eu beaucoup de chance. Le talentueux Karim Kacem m’a lui aussi écrit des chansons pour l’album Tamara qui contient aussi des chansons de Johnny William. Les albums se sont ensuite succédés. Les derniers sont :  « Une certaine image du bonheur » en 2014 et « C’est la vie qui court » sorti le 14 février 2016. Celui là a été produit par StarMédia et a été réalisé par René Baldaccini et masterisé aux Etats-Unis par Chris Graham.
C.M. : Quelle carrière ! Vous employez à plusieurs reprises le mot chance…
M.M. : Oui, j’estime que j’ai eu beaucoup de chance au cours de ma carrière. J’ai pu croiser de très belles personnes qui m’ont encouragée : mes parents, mes professeurs, mes producteurs et bien évidemment mon public qui m’a toujours été fidèle. J’ai aussi croisé des gens extraordinaires comme Patrick Sébastien, Bernard Tapie, André Bercoff, Nicoletta et bien sûr Zize qui m’a toujours épaulée et encouragée. Une telle synergie me booste et me donne l’énergie de poursuivre ma carrière.


Une belle carrière, effectivement et nous souhaitons bonne chance à Martine Malory pour son dernier album en cours de gestation. Nous ne vous en dirons pas plus car c’est encore un secret…


Catherine Merveilleux