Le Jour et La Nuit
Le Jour et La Nuit

Statue de Franz Kafka à Prague

 

Vivre ou survivre ?

«J’aime mieux attraper le Covid_19 dans un pays libre qu’y échapper dans un pays totalitaire ! » a déclaré le philosophe André Comte-Sponville. Or, notre gouvernement nous impose des lois liberticides qui sacrifient les nouvelles générations sous le prétexte de protéger les personnes vulnérables et les personnes âgées.

Les parents et les grands-parents n’ont jamais réclamé de telles mesures. Leur pseudo protection sert d’alibi à l’établissement d’un nouvel ordre mondial régi par les Gafas et les grands groupes financiers internationaux. Si notre gouvernement avait voulu sauver les personnes âgées, il ne les aurait pas laissées mourir dans les EPADHs, il n’aurait pas autorisé de les euthanasier avec du Rivotril. Si l’objectif était de les préserver, il n’était pas nécessaire de confiner tous les Français, il suffisait lors du premier confinement de leur fournir des masques, du gel, de mettre à leur disposition des aides ménagères, de leur faire livrer des kits de nourriture à domicile. Cela aurait été moins onéreux que de distribuer des aides pharaoniques à toutes les entreprises brutalement obligées à fermer, ce qui a creusé notre dette de façon abyssale et irrémédiable.

 

En prétendant préserver la survie des Anciens, on arrête la vie ! Notre société s’effondre. Plus de culture. Plus de fêtes. Plus de restaurants. Plus de sport. Plus de relations sociales. L’Autre devient un danger potentiel : « Arrêtez les embrassades. Ne vous touchez plus. Surtout n’allez plus rendre visite à vos grands-parents. Laissez les mourir de désespoir. Evitez vos amis. Sortez masqués. Surtout ne lisez plus, vous pourriez réfléchir ! Vivez derrière l’écran de votre téléphone ou de votre ordinateur. Commandez en ligne, payez en ligne ! Click and collect ! Payez sans contact ! ». Bref l’alibi de la protection des personnes fragiles et des Anciens a mis en place une déshumanisation de notre société et va provoquer un tsunami économique. C’est toute notre civilisation qui implose et notre économie qui se meurt. Les personnes âgées continuent et continueront à mourir car elles sont fragiles et atteintes de nombreuses co-morbidités et les forces vives de notre Nation agonisent et sont au bord du suicide. Avec la récession économique inéluctable, ce sont les jeunes qui vont être les victimes de la pandémie du Covid_19 à cause de la dette. De plus, à l’avenir, comment pourra-t-on augmenter les dépenses de santé et rénover le système hospitalier bien malade si l’économie s’effondre ?

 

La psychose générée par l’angoisse de la mort et la culpabilisation de ne pas protéger les plus fragiles permettent à nos gouvernants de mettre en place un régime digne d’une dictature où il faut signer une attestation dérogatoire pour aller chercher ses enfants à l’école, pour acheter les biens essentiels pour survivre. Il est interdit de sortir à plus d’un km de son domicile pour se dégourdir les jambes. C’est pire qu’un bracelet électronique. C’est une assignation à résidence. Tels Joseph K dans « le Procès de Kafka », incrédules, nous sommes condamnés de manière absurde, inique et brutale. De quoi sommes nous donc coupables pour mériter un tel châtiment ? Pourquoi ? C’est kafkaïen. C’est désormais l’Etat qui décide de ce qui nous est essentiel et de ce qui ne l’est pas et docilement nous acceptons ses diktats. Vivre ou survivre ? Il va falloir choisir !

 

Catherine Merveilleux


#covid_19, #andrecomtesponville, #catherinemerveilleux, lejouretlanuit.net, #marseille, #kafka, #mesuressanitaires, #confinement,

Quand les commerçants, Forces vives de notre pays deviennent des assistés

Les commerçants, les restaurateurs de France n’ont jamais demandé à être des assistés. Ils ne demandent qu’à travailler, qu’à créer, qu’à bâtir et on leur demande de devenir des assistés. C’est une tragédie économique, psychologique et humaine.

Lire la suite…

Etat d’urgence, liberté et sécurité, le dilemme…

L’état d’urgence sanitaire a été prolongé jusqu’au 16 février. Cet état d’urgence limite nos libertés en suscitant peur et psychose sous prétexte d’assurer notre sécurité. C’est une atteinte indéniable à nos libertés fondamentales constitutionnellement garanties sans pour autant constituer une réponse adéquate susceptible de mettre fin à l’épidémie. L’état d’urgence est dangereux car il permet au pouvoir exécutif de gouverner par ordonnances, par décrets. C’est un blanc seing accordé au gouvernement.

La France, pays dont les racines sont Judéo-Chrétiennes

Le virus n’a pas de passeport ! comme l’a déclaré Emmanuel Macron. Les terroristes n’ont pas de papiers, mais nous, nous devons remplir des attestations pour avoir la permission de travailler, d’acheter de quoi nous nourrir ou d’aller chercher nos enfants à l’école !

 

C’est la culture qu’on assassine au nom des mesures sanitaires !

Le sort réservé à la culture est un véritable scandale. Fermer les librairies, les théâtres, les cinémas, les galeries, interdire les festivals est une aberration car eu égard à la montée de l’obscurantisme et de la barbarie, seule la culture peut nous sauver.

 


Email