Le Jour et La Nuit
Le Jour et La Nuit

Le Vertige des falaises, le dernier roman de Gilles Paris

Une île sauvage, entre le ciel et l’eau, balayée par le vent. Une adolescente rebelle, effrontée et insoumise. Une atmosphère envoûtante où planent de lourds secrets. Tel est le climat du dernier roman de Gilles Paris. Un véritable Page turner au suspens haletant.

Sur une île quasi déserte, vit Marnie, une adolescente aussi sauvage que l’île qu’elle habite. Ses jours s’écoulent entre sa mère Rose, sa grand-mère Olivia et leur servante Prudence, dans une imposante maison de verre et d’acier qui surplombe des falaises vertigineuses. Cette maison d’architecte, telle qu’en construisirent les architectes en Californie dans les années soixante est bâtie sur les ruines de l’ancienne demeure d’Olivia et bien qu’en verre et transparente, elle abrite de sombres, douloureux et mystérieux secrets. Fantasque et pleine d’imagination, Marnie n’a pas la candeur et la naïveté des adolescentes de son âge. Curieuse, effrontée et clairvoyante, elle a décelé les menaces, les blessures et les traumatismes d’une famille que les gens de l’Île haïssent à cause de sa richesse et de sa différence. Pourtant le sort de cette la famille n’a rien d’enviable car elle porte un indicible et lourd secret et Olivia, la grand-mère fière et hiératique dissimule une blessure ineffaçable qu’elle ne pourra expurger que d’une manière expiatoire.
Sur cette île digne des romans d’Emilie Brontë ou d’Agatha Christie,  trois générations  de femmes se solidariseront pour se débarrasser de la malédiction qui pèse sur elles à cause des hommes de leur famille.
Gilles Paris travaille dans l’édition depuis trente ans. Il est l’auteur de Papa et maman sont morts, du Pays des Kangourous, de l’Eté des Lucioles et d’Autobiographie d’une courgette, best-seller traduit en une douzaine de langues et adapté au cinéma par Claude Barras (Ma vie de courgette). Récompensé par deux Césars et sélectionnés aux Oscars, le film fut le film événement du Festival de Cannes dernier.
Gilles Paris s’est ainsi fait en quatre livres le chroniqueur de l’enfance qui, quoique blessée, est capable de résilience.
Dans le cas de Marnie, petit clin d’œil au célèbre et cultissime Pas de printemps pour Marnie du grand Alfred Hitchcock, il s’agit d’une jeune fille de 14 ans qui a vu et entendu ce qu’elle n’aurait dû ni voir, ni entendre. Sauvage et farouche, la jeune fille sombrera -elle et se perdra-t-elle dans la violence ? L’adolescente rebelle a déjà perpétré un acte insensé. Echappera-t-elle à la malédiction des Mortemer ou sera t-elle sauvée grâce à la force de l’amour ?
Gilles Paris, avec le talent qui est le sien, se glisse avec empathie dans la peau d’une ado de 14 ans et évoque avec sensibilité et talent les thèmes douloureux de l’abandon, de la maladie, de la perversité narcissique et de la violence conjugale. Il donne aussi un formidable espoir à tous les enfants bafoués et maltraités de la vie, en prouvant que la résilience permet de triompher de l’adversité et qu’il n’y a pas de malédiction et de fatalité inéluctables.

Un roman envoûtant.  Un thriller à la Hitchcock. Sortie en librairie le 6 avril 2017

Catherine Merveilleux