Le Jour et La Nuit
Le Jour et La Nuit

C’est la culture qu’on assassine au nom des mesures sanitaires !

Le sort réservé à la culture est un véritable scandale. Fermer les librairies, les théâtres, les cinémas, les galeries, interdire les festivals est une aberration car eu égard à la montée de l’obscurantisme et de la barbarie, seule la culture peut nous sauver.

En effet, seule la culture ouvre à la réflexion et permet de ne pas être prisonnier de dogmes, de ne pas se laisser endoctriner et de sombrer dans des systèmes de pensée totalitaires et violents. Je suis bien sûr consciente que «si» le risque d’une deuxième vague est réel, il faut envisager des mesures sanitaires prophylactiques, anticiper, afin d’empêcher la propagation du virus, mais j’ai du mal à concevoir qu’il soit plus dangereux d’aller chez un libraire, dans un cinéma, dans un théâtre, dans un festival de cinéma si les mesures sanitaires sont respectées que dans le métro ou dans un supermarché.

 

Les librairies sont fermées pendant ce deuxième confinement, sous prétexte que ce ne sont pas des commerces essentiels. Selon moi, lire est essentiel, primordial. Beaucoup de librairies mettront la clef sous la porte après ce deuxième confinement. Par contre, les grosses sociétés de distribution comme Amazon vont voir augmenter de manière considérable leur chiffre d’affaires. Il est évident que pour ceux qui nous gouvernent seules comptent les nourritures terrestres. Les nourritures spirituelles ne comptent pas. Comment imaginer que les librairies soient des clusters en puissance si l’on considère que les clients ne se bousculent malheureusement pas dans les librairies pour s’arracher des livres. C’est fort dommage de fermer ces librairies car le confinement aurait pu être un moment privilégié, une parenthèse où les Français bloqués à la maison auraient pu avoir enfin le temps de lire. Le Festival du livre de Marseille des 5 et 6 décembre organisé par François David risque fort quant à lui d’être annulé car le confinement devrait durer officiellement au moins jusqu’au premier décembre, mais officieusement sûrement beaucoup plus tard.

 

Les cinémas sont aussi les grandes victimes de ces mesures sanitaires. Alors que les directeurs de salle avaient mis en place un protocole drastique et efficace pour éviter la propagation de l’épidémie en mettant à disposition du gel hydroalcoolique, en réduisant la jauge des salles, en gardant des sièges libres entre les spectateurs, ils se voient du jour au lendemain obligés de fermer leurs salles, alors que des films étaient sur le point de sortir, alors que des festivals respectant les mesures sanitaires prophylactiques étaient sur le point d’avoir lieu comme le 19° Festival espagnol, Cine Horizontes qui devait se dérouler du 5 au 13 novembre dans différents cinéma de la Cité Phocéenne comme Le Prado, Les Variétés, La Baleine, L’Alcazar et au Centre de la Vieille Charité. Quant aux théâtres et aux salles de concert dont les programmations étaient finalisées, tout est annulé et reporté sine die. Un véritable fiasco et un véritable naufrage pour tous les secteurs de la culture.


Catherine Merveilleux


#culture, #livres, #cinema, #covid_19, #confinement2,  #catherinemerveilleux, lejouretlanuit.net, #marseille, @covid19

Il ne faut pas confondre gentillesse, tolérance et soumission !

Par trop de tolérance, par trop de gentillesse, nous avons laissé les intolérants prendre le pouvoir. Les Français ont désormais compris que trop de laxisme, de permissivité nous conduisaient au  triomphe de la Barbarie et ils attendent de vraies mesures.

 

Lire la suite…

Un professeur décapité à qui la faute ?

Il s’appelait Samuel Paty. Il sortait du collège où il enseignait l’histoire. Il avait 47 ans. Il est mort, décapité pour avoir fait un cours sur la liberté d’expression et la liberté de la presse et pour avoir montré les caricatures du prophète Mahomet publiées par Charlie Hebdo avant le massacre perpétré au sein de sa rédaction, il y a 5 ans.

Lire la suite…


Email