Le Jour et La Nuit
Le Jour et La Nuit

Jusqu’au bout du monde un film de Viggo Mortensen

C’est à l’Opéra d’Avignon qu’une presse conquise, sous le charme et fascinée put rencontrer Viggo Morgensen qui présentait en avant-première son film «Jusqu’au bout du monde». Un film magnifique qui est à la fois un film romanesque, un western et un drame.

Une belle épopée romanesque

 

Avec «Jusqu’au bout du monde», Viggo Mortensen signe son deuxième film en tant que réalisateur après Falling en 2020. Acteur, réalisateur, scénariste, producteur, musicien, photographe, peintre et poète, il a tous les talents et une filmographie impressionnante mais c’est la trilogie du film «Le Seigneur des anneaux» (2001-2003) de Peter Jackson tourné en 2000-2003 qui le fit découvrir au grand public grâce à son incarnation du personnage d’Aragorn. Son rôle de Tony Lip dans «The Green book» de Peter Farrelly marqua aussi les esprits et valut au film de nombreuses nominations aux Oscars et le Bafta du meilleur acteur.

Viggo parle couramment Anglais, Danois, Espagnol et Français et c’est vraiment une star hors-normes qui s’exprime dans un Français impeccable et tout en nuances. Lors de la rencontre presse, il expliqua avec intelligence et passion la gestation de ce film magnifique tourné en grande partie au Mexique et son plaisir d’avoir pu le réaliser car expliqua -t-il, il lui fallut attendre 30 ans avant de pouvoir réaliser son premier film «Falling».

 

 

Le synopsis est le suivant : L’action se passe dans l’Ouest américain, dans les années 1860. Après avoir fait la rencontre de Holger Olsen, immigré d’origine danoise, Vivienne Le Coudy, jeune femme résolument indépendante, accepte de le suivre dans le Nevada, pour vivre avec lui. Mais lorsque la guerre de Sécession éclate, Olsen décide de s’engager et Vivienne se retrouve seule. Elle doit désormais affronter Rudolph Schiller, le maire corrompu de la ville et Alfred Jeffries, important propriétaire terrien. Il lui faut aussi surtout résister aux avances plus qu’insistantes de Weston, le fils brutal et imprévisible d’Alfred. Quand Olsen rentre du front, Vivienne et lui ne sont plus les mêmes. Ils doivent réapprendre à se connaître pour s’accepter tels qu’ils sont devenus…

Viggo Mortensen explique que son film à l’origine s’appelait «The Dead don’t hurt» mais que le titre a changé et qu’en France il est devenu «Jusqu’au bout du monde». «Mon film est plus un film sur l’amour et le pardon et la relation de confiance qu’il doit y avoir dans un couple qu’un film de vengeance» confie -t-il. «Holger Olsen pense qu’il est de son devoir de s’engager. Il laisse Viviennne seule et c’est ce qui provoque le drame. Lorsqu’Holger Olsen revient de la guerre, il pardonne et fait abstraction de ce qui s’est passé et Vivienne lui pardonne. C’est aussi un beau film sur la transmission car le héros apprend à aimer son fils adoptif et ils partent jusqu’au bout du monde.»

«C’est un western car j’ai toujours aimé ce genre de films. C’est pour cela que sur l’affiche il est écrit : «John Ford et Homards Hawks adoreraient ce film». Pour moi ces deux hommes sont des références. A l’origine, je ne devais pas incarner Holger Olsen mais l’acteur auquel je pensais n’était pas libre. Il devait tourner un autre film et les autres acteurs pressentis n’étaient pas disponibles. Il aurait donc fallu attendre jusqu’en 2023 pour commencer le tournage. J’ai donc décidé d’incarner le personnage d’Holger Olsen. Ce fut un plaisir car très jeune j’ai fait de l’équitation et je suis fan de ces films sur la conquête de l’Ouest. »

 

 

«Pour incarner le personnage de Vivienne, Vicky Krieps s’est imposée comme une évidence. Je ne peux pas imaginer une autre actrice pour incarner ce rôle de femme indépendante, libre et forte qui a pour idole, pour héroïne et femme inspirante Jeanne d’Arc dont sa mère lui contait l’histoire en 1838 dans un livre que j’ai retrouvé et qui avait été publié en 1817. Son imaginaire est habité par deux figures emblématiques qui l’inspirent et lui servent de modèle: un preux chevalier et Jeanne d’Arc. Ces deux personnages mythiques lui donnent du courage et la soutiennent dans les moments difficiles.» Viggo Mortensen.

Une belle épopée romanesque avec du souffle et des acteurs magnifiques.
Un western poignant avec du fond et des personnages attachants.


Un long métrage de : Viggo Mortensen
Casting : Vicky Krieps, Viggo Mortensen, Solly McLeod, Garret Dillahunt
Titre original : The Dead don’t hurt
Distributeur : Metropolitan FilmExport

Sortie le : 1 mai


#jusquauboutdumonde, @viggomortensen, #metropolitanfilmexport, #RDS24, #star,

 

 

Les autres rencontres du Sud

 

Jusqu’au bout du monde un film de Wiggo Mortensen

C’est à l’Opéra d’Avignon qu’une presse conquise, sous le charme et fascinée put rencontrer Viggo Morgensen qui présentait en avant-première son film «Jusqu’au bout du monde». Un film magnifique qui est à la fois un film romanesque, un western et un drame.

En savoir plus...

Frères d’Olivier Casas, un film poignant sur l’amour fusionnel entre 2 frères

Lors de la rencontre presse, Olivier Casas, le réalisateur est accompagné de Michel de Robert dont le film relate l’histoire vraie lorsqu’à 5 ans abandonné avec son frère de 7 ans, ils s’enfuirent tous les deux dans la forêt où ils vécurent 7 ans en autarcie en faisant preuve de capacités d’adaptation exceptionnelles et où ils créèrent un lien fusionnel indéfectible.

En savoir plus...

Pendant ce temps sur terre de Jérémy Clapin

Lors de la rencontre presse, Olivier Casas, le réalisateur est accompagné de Michel de Robert dont le film relate l’histoire vraie lorsqu’à 5 ans abandonné avec son frère de 7 ans, ils s’enfuirent tous les deux dans la forêt où ils vécurent 7 ans en autarcie en faisant preuve de capacités d’adaptation exceptionnelles et où ils créèrent un lien fusionnel indéfectible.

En savoir plus...

Notre Monde de Luana Bajrami

Luana Bajrami qui incarnait le rôle de Sophie dans «Portrait de la jeune fille en feu» qui obtint la Queer Palm au Festival de Cannes après Girl de Lukas Dhont et le Prix du scénario la même année vient de réaliser «Notre Monde» et prouve ainsi qu’elle est aussi bonne réalisatrice que bonne actrice. C’est son deuxième long métrage après «La Colline où rugissent les lionnes» et il est fort possible que l’on n’ait pas fini d’entendre parler d’elle car à 22 ans seulement, elle a un potentiel incroyable.

En savoir plus...

Les Trois fantastiques de Michaël Dichter

«Les Trois fantastiques» nous relate l’histoire d’une belle histoire d’amitié qui explose lorsque le frère aîné de l’un deux interprété par Raphaël Quenard, qui fait beaucoup parler de lui en ce moment car il vient de remporter un César, sort de prison.

En savoir plus...

Une affaire de principe d’Antoine Raimbault, en présence de José Bové

Une Affaire de principe est un film d’Antoine Raimbault et l’histoire racontée est une histoire vraies tirée d’un chapitre du livre «Hold up à Bruxelles, les lobbies au cœur de l’Europe» écrit par José Bové publié aux Editions La Découverte. Tous les faits sont rigoureusement réels.

 

En savoir plus...

N’avoue jamais d’Ivan Calbérac

 

Ivan Calbérac persiste et signe dans la qualité. Après «L’Etudiante et Monsieur Henri», «Venise n’est pas en Italie» et «La Dégustation», il signe une excellente comédie intitulée n’avoue jamais.

 

En savoir plus...

Le tableau volé de Pascal Bonitzer

«Le Tableau volé» est le dernier long métrage de Pascal Bonitzer après «Les Envoûtés» avec Sara Giraudeau, Nicolas Duvauchelle et Nicolas Maury. Ce film est inspiré d’une histoire vraie celle d’un tableau d’Egon Schiele dérobé en 1939 pendant la Shoah et découvert à Mulhouse chez un jeune ouvrier.

En savoir plus...

Petites mains de Nessim Chikhaoui. Un film à la fois drôle, sensible et percutant

«Petites mains» est une comédie sociale réalisée par Nessim Chikaoui inspirée par plusieurs histoires vraies. Le réalisateur connu pour son dernier long-métrage «Placés» immerge le spectateur dans l’univers d’un Palace parisien où règne le luxe et le pouvoir de l’argent et où de petites mains travaillent dans l’ombre pour que tout soit parfait pour les clients. Ces femmes de chambre taillables et corvéables à merci sont des invisibles au statut précaire.

En savoir plus...

Amal, un esprit libre en présence de Jawad Rhalid

Avec Amal, un esprit libre, Jawad Rhalid signe un film courageux où il dénonce la montée de l’Islamisme intégriste dans les établissements scolaires en Belgique où des professeurs désignés par un organisme musulman endoctrine la jeunesse et distille la haine.

En savoir plus...

Version imprimable | Plan du site
©Le Jour et La Nuit Presse

Email