Le Jour et La Nuit
Le Jour et La Nuit

Recommandez cette page sur :

L’affaire Clément Méric

L’affaire Clément Méric est tout à fait révélatrice de la manière dont fonctionnent les esprits de nos contemporains. Une fois de plus, ils ont agi dans l’émotion et l’immédiateté. Dès les premières dépêches, de très nombreuses personnes bouleversées, à juste titre, se sont exprimées sur les réseaux sociaux, sans connaître les circonstances exactes de cette tragédie. Portés par une émotion bien légitime, ils se sont épanchés et se sont livrés à des interprétations très subjectives alors que les tenants et les aboutissants de l’affaire n’étaient en aucune façon établis et prouvés. Evidemment, la mort d’un jeune homme de 18 ans est révoltant, c’est un acte contre nature, mais la récupération politique qui en a été faite est inacceptable. Se servir de la mort d’un être humain à des fins politiques est tout simplement abject. La plupart de ceux qui se sont exprimés sont des citoyens de bonne foi qui peuvent bénéficier de circonstances atténuantes car ils ont agi dans la précipitation et l’émotivité, mais les professionnels de la politique sont inexcusables. Ce n’est pas parce que la victime est morte sous les coups d’un groupuscule d’Extrême droite que le jeune homme est la réincarnation de Guy Môquet et le dépositaire des valeurs démocratiques et humanistes de notre pays. Il convient d’être impartial et de déterminer les responsabilités de chacun avant de juger. Bien sûr, ceux qui ont porté les coups sont des meurtriers, peut-être même des assassins, mais certains témoins présents lors de la vente des vêtements Fred Perry estiment qu’il y a eu provocation du groupe d’Extrême gauche qui s’était cyniquement moqué des tee-shirts Blood and honour du groupe d’Extrême droite et qui avait attendu les Jeunes en question en bas de l’immeuble pour leur tendre un guet-apens. Ce ne sont, bien sûr, que des informations non vérifiées, mais l’enquête fera la lumière sur cette lamentable et consternante histoire qui prouve que nos jeunes sont vraiment devenus des Barbaresques qui peuvent tuer pour un regard, un mot de travers, une cigarette refusée. Cette mort tragique est, semble-t-il, le résultat d’une rixe entre deux groupuscules qui prônent une extrême violence. Les groupuscules d’Extrême Gauche ne sont pas des gens plus fréquentables que les groupuscules d’Extrême Droite. La terminologie Gauche n’est, en aucun cas, la garantie d’une idéologie non totalitaire et humaniste. Les Brigades Rouges, par exemple, désignent des organisations révolutionnaires d’Extrême Gauche connues pour avoir commis attentats et assassinats. Elles sont classées comme groupes terroristes et leurs membres ont été poursuivis et condamnés pour actes de terrorisme. La résurgence de ces groupuscules est extrêmement préoccupante.
Les membres d’Action directe, bien qu’ils soient de Gauche ne sont pas ce que l’on appelle des humanistes et des bienfaiteurs du genre humain. Ils ont toujours fait l’apologie de la violence et ont assassiné des citoyens français comme Georges Besse ou le général René Audran.
Les groupuscules extrémistes ne doivent bénéficier d’aucune complaisance, qu’ils soient d’Extrême droite ou d’Extrême gauche. Les affrontements entre les militants d’Extrême droite et d’Extrême gauche sont de plus en plus fréquents et sont plus l’occasion d’en découdre et de se livrer à une violence sauvage que l’occasion d’exposer une véritable idéologie et des valeurs.
Tous les extrémismes, tous les fanatismes sont à prohiber car ils prônent la violence, l’intolérance et la haine de l’Autre, de celui qui n’est pas comme nous ou qui ne pense pas comme nous.

Catherine Merveilleux