Le Jour et La Nuit
Le Jour et La Nuit

La France, pays dont les racines sont Judéo-Chrétiennes

Le virus n’a pas de passeport ! comme l’a déclaré Emmanuel Macron. Les terroristes n’ont pas de papiers, mais nous, nous devons remplir des attestations pour avoir la permission de travailler, d’acheter de quoi nous nourrir ou d’aller chercher nos enfants à l’école !

Nos dirigeants sont dans le déni.

 

Emmanuel Macron refuse de fermer les frontières face aux deux dangers qui menacent notre pays, le terrorisme  et la pandémie Covid_19. Cela ne l’empêche pas de confiner d’honnêtes citoyens chez eux alors que les terroristes se baladent en toute liberté. Pour information, étymologiquement, le mot confinement vient de «cum finis», ce qui signifie en latin : « avec des frontières » ! (#ubuesque, #tresdrole, #ironiedusort ) !

C’est indéniable, nous vivons une guerre de civilisations telle que l’annonçait Samuel Huntington dans « le Choc des civilisations ».

Les récents attentats barbares qui frappent la France et l’Europe le prouvent.

Ne pas le reconnaître tient du déni. Il est inacceptable que dans un pays où l’on prône la liberté de penser, il faille faire garder les églises, les cathédrales, les synagogues par la police et l’armée, comme c’est le cas aujourd’hui à Notre-Dame-de-la-Garde à Marseille et partout en France.

 

Les trois victimes de la basilique Notre-Dame de l’Assomption à Nice, tuées lachement et sauvagement à l’arme blanche sont une honte et mettent en exergue l’incompétence de notre pays à faire respecter la liberté de culte. L’assassinat du père Hamel à Saint-Etienne-du-Rouvray, âgé de 86 ans égorgé en 2016, était déjà une honte et mettait déjà en exergue l’incapacité de notre pays à faire respecter la liberté de nos concitoyens de pratiquer leur religion en paix et sans danger.

 

Samuel Paty, le professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine, était l’incarnation de la liberté de penser, de la liberté d’expression du Pays des Droits de l’Homme. C’était un hussard noir de la République. Il fut assassiné en tant que symbole d’un pays laïque où il est permis à chacun, selon sa conscience, de pratiquer les religions ou de les critiquer.

Les attentats perpétrés dans des synagogues et des écoles juives sont une honte, mais jusqu’à présent, beaucoup de nos concitoyens considéraient que c’était « une affaire entre Juifs et Musulmans » alors qu’il s’agissait de citoyens français de confession juive et de terroristes Islamistes. Le massacre de l’école Ozar Hatorah à Toulouse, le 19 mars 2012, où un professeur et trois enfants avaient été tués dans un bain de sang n’avait pas suscité un émoi considérable et n’avait pas fait l’objet d’ une journée de deuil national.

 

Aujourd’hui, nos concitoyens commencent à réaliser que c’est notre civilisation humaniste, d'inspiration judéo-chrétienne, et ses valeurs qui sont visées.

 

Dans « The Clash of Civilizations », Samuel Huntington annonçait déjà en 1996 que les conflits ne seraient plus dans l’avenir des luttes de conquêtes, de pouvoir ou d’idéologie mais "un affrontement de civilisations dont les protagonistes seraient l'Occident contre l'Islamisme et la Chine".

 

Nous sommes dans le Clash !


Catherine Merveilleux


#attentat, #samuelpaty, #nice, #barbarie, #judeochretien, #catherinemerveilleux, #samuelhuntington, #lechocdescivilisations, lejouretlanuit.net, #barbarie

 

C’est la culture qu’on assassine au nom des mesures sanitaires !

Le sort réservé à la culture est un véritable scandale. Fermer les librairies, les théâtres, les cinémas, les galeries, interdire les festivals est une aberration car eu égard à la montée de l’obscurantisme et de la barbarie, seule la culture peut nous sauver.

 

Il ne faut pas confondre gentillesse, tolérance et soumission !

Par trop de tolérance, par trop de gentillesse, nous avons laissé les intolérants prendre le pouvoir. Les Français ont désormais compris que trop de laxisme, de permissivité nous conduisaient au  triomphe de la Barbarie et ils attendent de vraies mesures.

 

Lire la suite…

Un professeur décapité à qui la faute ?

Il s’appelait Samuel Paty. Il sortait du collège où il enseignait l’histoire. Il avait 47 ans. Il est mort, décapité pour avoir fait un cours sur la liberté d’expression et la liberté de la presse et pour avoir montré les caricatures du prophète Mahomet publiées par Charlie Hebdo avant le massacre perpétré au sein de sa rédaction, il y a 5 ans.

Lire la suite…


Email