Le Jour et La Nuit
Le Jour et La Nuit

Le Malheur du bas, le premier roman d’Inès Bayard

Premier roman d’Inès Bayard, Le Malheur du bas est un livre coup de poing qui interpelle. 

« Au coeur de la nuit, face au mur qu'elle regardait autrefois, bousculée par le plaisir, le malheur du bas lui apparaît telle la revanche du destin sur les vies jugées trop simples. »

Dans ce premier roman suffoquant, Inès Bayard dissèque la vie conjugale d'une jeune femme à travers le prisme du viol. Un récit dérangeant.

Ce livre est une véritable bombe dans le monde littéraire. Il relate la longue descente aux enfers de Marie, jeune femme sans histoires, sans problèmes qui est heureuse avec son mari et qui n’a qu’un rêve : devenir maman. Marie travaille dans une banque et son mari est avocat. Leur bonheur est sans ombre jusqu’au jour où à la suite d’une série de coïncidences et de hasards malencontreux, Marie accepte de se laisser raccompagner à son domicile par son supérieur hiérarchique qui la viole dans sa voiture avec une terrible sauvagerie. Pétrifiée, anéantie, elle est tétanisée et n’ose se confier à personne, pas même à son mari. L’horreur devient absolue, lorsqu’elle apprend qu’elle est enceinte et que l’enfant qu’elle porte en son sein est le fruit du viol dont elle a été victime. Petit à petit, la jeune femme, déshumanisée perd pied, passe à l’acte et arrive à commettre l’indicible, l’irréparable. La force de ce récit est que le lecteur est plongé dès le début du livre dans cette horreur et ne remonte que petit à petit le long processus qui a conduit une jeune femme heureuse et  privilégiée à basculer dans la barbarie.

Meurtrie dans sa chair, murée dans le silence, pétrifiée de honte, elle sera submergée par une folie meurtrière, salvatrice et expiatoire. Dès les premières pages, le livre s’ouvre sur une scène de crime décrite avec la concision d’un rapport de police et des précisions sordides. Le lecteur est scotché dès le début du livre et ne remonte qu’au fil des pages vers l’acte déterminant  et originel qui a provoqué ce massacre et ce carnage. Il assiste, ainsi, bouleversé à la lente destruction de Marie, jeune femme heureuse en amour et nantie que rien, si ce n’est un destin implacable et funeste ne prédestinait à une telle extrémité.

 

Inès Bayard a 26 ans. Elle habite à Berlin.

Un roman au suspens haletant. Un véritable coup de poing dont on ne sort pas indemne.

 

Catherine Merveilleux

 

#albinmichel, #roman, #lemalheurdubas, #inesbayard, #catherinemerveilleux, lejouretlanuit.net, #lejouretlanuitpresse,# marseille, #viol


Email