Le Jour et La Nuit
Le Jour et La Nuit

Mega gâchis, Histoire secrète de la pandémie de Martin Blachier

C’est un livre coup de poing que vient d’écrire Martin Blachier. Dans cet essai percutant intitulé Méga-gâchis, le docteur Blachier explique comment pendant l’épidémie de Covid, il s’est retrouvé propulsé devant les médias et pourquoi il n’a pas été écouté par la technocratie d’Etat car ses modélisations menaçaient les acteurs en place .

 

Selon lui, l’hôpital public ne souffre pas d’un problème de ressources financières, mais d’une forme de paralysie provoquée par les personnalités qui sont en place. Les apparatchiks de l’Establishment s’acharnent à bloquer toute initiative individuelle exogène au système. Ces personnalités en place, ces mandarins font du service de santé leur chasse gardée afin de préserver leur position et leurs privilèges et défendent farouchement leurs prérogatives au détriment de l’intérêt public. C’est ce qui explique le marasme dans lequel se trouve de nos jours notre système de santé et l’hôpital public. Le corporatisme dans ce domaine est si fort que, face à lui, ceux qui proposent des alternatives au système se retrouvent comme David contre Goliath. Ce fut le cas de Martin Blachier qui créa en 2012 avec Henri Leleu la PHE, Public Heath Entreprise consacrée aux méthodes de modélisation prédictives dans le domaine de la santé, une start-up qui fait de l’analyse médico-socio-économique. Le médecin explique dans son essai comment il avait prévu phase après phase le déroulement de la pandémie et comment selon lui l’appareil d’Etat refusa de l’écouter.

Il relate comment le confinement du 12 mars 2020 fut pour lui comme pour tous les Français un coup de massue, une véritable bombe. Pourquoi c’était une aberration, du jamais vu dans notre pays, qui même pendant l’épidémie de Choléra de 1832 n’ a jamais eu recours à une telle extrémité et ne se contenta dans certaines villes que de périodes de couvre-feu. Selon Martin Blachier, nous aurions pu et dû éviter les confinements et bien d’autres mesures contraignantes, inefficaces et préjudiciables. En effet, selon lui, les comportements s’adaptent spontanément au contexte viral. L’être humain n’est pas une tête brûlée, il réfléchit et change ses habitudes si sa santé et sa sécurité sont menacées, si ses amis sont contaminés ou décèdent. Il n’est pas inconscient. Par ailleurs, les personnes infectées s’isolent spontanément, sans que cela leur soit imposé. Selon lui, si ce confinement inutile n’avait pas eu lieu, cela aurait éviter le "Quoiqu’il en coûte», les milliards gaspillés, les dépressions et l’accroissement abyssal de la dette nationale.

L’auteur établit de manière exhaustive la liste des dysfonctionnements, les conséquences psycho-sociales sur la jeunesse, qui vécut un véritable enfer et le nombre incalculable de cas où la Doxa fit fausse route. La gestion erratique et problématique du «Tester, tracer, isoler» et le retard pris à mettre en place les vaccinodromes et les auto-tests est selon lui condamnable. Il rappelle aussi que très tôt, il préconisa le port des masques et l’aération plutôt que l’utilisation du gel et la distanciation car comme il le déclara au début de la pandémie, le virus du Sars Cov-2 se propage comme une grippe ou un rhume par les gouttelettes flottantes en suspension appelées aérosols et n’est pas manuporté. Martin Blachier donne aussi son avis sur la pertinence du traitement prescrit par le professeur Raoult qu’il juge inefficace et nous décrit les coulisses d’un système obsolète et largement dépassé qui privilégie les corporatismes et les intérêts catégoriels et qui a néanmoins le pouvoir de régenter nos vies.

Il explique avec force arguments comment pour masquer leur incompétence et leur impuissance, pour couvrir leurs indécisions et leurs erreurs et pour poursuivre leur confiscation du pouvoir, les ministères et les agences, les administrations et les corporations ont tout fait pour le bâillonner et que ce n’est que grâce aux médias qu’il a pu briser l’omerta des institutions et mener son combat contre la technocratie.

 

Mega gâchis, Histoire secrète de la pandémie,
un essai de Martin Blachier
Editions du Cerf

Catherine Merveilleux


#Megagâchisdelapandemie, #martinblachier, #editionsducerf. #catherinemerveilleux, #covid19, #Sarscov-2, lejouretlanuit.net, #pandemie

Rentrée littéraire, un roman nostalgique d’Eric Neuhoff

 

 

 

Pierre et Claire sont éditeurs à Paris en ce début de XXI° siècle. Un grand groupe veut racheter leur petite maison d’édition. Un roman nostalgique sur une époque révolue que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître.

 

 

 

En savoir plus...

Diana, Princesse des larmes, une biographie d’Amandine Deslandes

 

 

Après son livre remarquable sur la vie de Simone Weil, sorti en 2021 chez le même éditeur (City Editions) Amandine Deslandes persiste et signe dans la qualité, en publiant un deuxième ouvrage biographique, cette fois sur la vie de Lady Diana Spencer, princesse de Galles et véritable icône.

 

 

En savoir plus...

Emmanuel, le Faux prophète, un essai passionnant de Julien Aubert

 

Julien Aubert, député du Vaucluse, qui était condisciple d’Emmanuel Macron à l’ENA en 2004, sort en librairie un essai sur le Président de la République française. Avec intelligence, perspicacité, sans malveillance aucune, mais aussi sans complaisance, il esquisse le portrait de celui qui, inconnu des Français, réussit à 40 ans, grâce à son charisme et au soutien des médias, l’exploit de parvenir au plus haut sommet de l’Etat.

 

 

En savoir plus...

 

Tristane Banon s’insurge contre la Guerre des sexes

Dans son essai La Paix des sexes, Tristane Banon, qui 10 ans avant Metoo osa briser le silence et dénonça l’agression sexuelle dont elle se disait avoir été victime, s’insurge contre la dictature néo-féministe victimaire et la guerre des sexes.

« Je suis une femme, je ne suis pas une victime, je l’ai été, ces choses là passent.
Quand le statut de victime tend à devenir une valeur ajoutée, un anoblissement que certaines veulent acquérir à tout prix comme on cherche à atteindre un statut social, je pense, au contraire, qu’héroïser la victime plutôt que de vouloir la respecter, c'est tuer la guerrière, assassiner la créatrice, valoriser la soumise, poser un interdit sur le fait que la femme soit l'égale de l'homme»

En savoir plus...

La Traversée des temps, le projet titanesque d’Eric Emmanuel Schmitt

Il y a plus de 30 ans, Eric-Emmanuel Schmitt s’est lancé un défi : raconter 8 000 ans de l’histoire de l’humanité par le prisme du regard de Noam né il y a 8 000 ans dans un village lacustre et qui, devenu immortel, traverse, grâce à ce privilège, les siècles et les générations. Un projet titanesque, pharaonique. Le tome 2, La Traversée des temps. La Porte du ciel est un véritable cliffhanger comme disent les Anglo-saxons, un véritable thriller car dès la première page, le lecteur est pris par le suspense de ce roman palpitant.

 

En savoir plus...

Une élection ordinaire ou Eric Zemmour, président de la République

 

Mai 2016, la France s’apprête à élire son nouveau président. Les partis politiques ont perdu toute crédibilité auprès des Français. Hostile, le peuple n’a plus confiance en ses élus et ne voit plus en eux que des opportunistes qui poursuivent des objectifs personnels et qui n’ont plus aucun idéal, ni aucune vision politique de l’avenir.

En savoir plus...

 

03/06/2015

Les nouvelles menaces mondiales - La grande pandémie du déni

 

 

Dans son essai, Les nouvelles menaces mondiales - La grande pandémie du déni, Sébastien Boussois met en exergue le fait que la pandémie de Covid 19 fait vaciller et ébranle le mythe d’un Occident fort et intouchable.

 

 

 

En savoir plus...

Tout ça pour ça.

Ils voulaient tout changer. Ils ont échoué

 

Le bilan Macron : un constat accablant et consternant.


Un essai passionnant sur l'histoire d'une promesse non tenue. Celle du renouvellement de la classe politique et de ses vieilles pratiques, à l'heure où la crise de la démocratie représentative est à son paroxysme.

 

 

 

En savoir plus...


Email