Le Jour et La Nuit
Le Jour et La Nuit

Un voyage interdit, qui a donné du sens à sa vie, de Marine Barnérias

Certains livres donnent la pêche.

C’est le cas du livre autobiographique de la jeune Marine Barnérias qui, à 21 ans, voit le ciel lui tomber sur la tête le jour où on lui diagnostique une sclérose en plaques.

Le 3 avril 2015, la vie de Marine, jeune étudiante à l’école de commerce Kedge à Marseille voit sa vie bouleversée. Son avenir qu’elle voyait radieux et plein d’espoir lui paraît tout à coup bien sombre et bien compromis. Hospitalisée d’urgence, elle est déstabilisée car  au sujet du traitement de sa maladie, c’est le flou artistique, le plus complet. Tous les médecins ne préconisent pas les mêmes protocoles. Face au manque d’informations et de cohésion, Marine se demande si elle doit prendre un traitement ou non…
Elle aurait pu sombrer dans la mélancolie ou la dépression, mais elle réagit au contraire en prenant le problème à bras le corps. Elle organise un crowfunding et décide de partir en voyage au bout du monde avec un sac à dos, un sac de couchage et une petite trousse de secours en cas de crise.
Trois pays seront traversés : La Nouvelle-Zélande sera pour elle l’occasion de  redécouvrir son corps, de l’aguerrir et de se dépasser. Elle se rend ensuite en Birmanie où elle renforce son esprit  grâce à la méditation. Ce seront ses meilleures armes contre la SEP (Sclérose en plaque) qu’elle cherche à apprivoiser en l’appelant sa Rosy. La Birmanie est pour elle une révélation. La jeune fille est fascinée par les Birmans qui n’ont rien et qui donnent tout sans rien attendre en retour. Ce détachement, face à l’individualisme forcené qui règne en Occident la sidère et la séduit à la fois. Elle admirait déjà  Aung San Suu Kyi avant son départ, mais ne pensait pas se sentir en phase avec les Birmans à ce point. Grâce à une retraite dans un monastère bouddhiste, elle apprend à relativiser, à dégager l’essentiel du superfétatoire. Les premiers jours, elle est quelque peu déstabilisée,  puis au fil des jours, elle apprend à se recentrer sur elle-même et à chasser les pensées toxiques qui polluent son esprit et à écouter ce que son corps essaye de lui dire. La troisième étape du voyage sera les steppes de Mongolie pour aller à la rencontre de son âme, cette âme souvent délaissée alors qu'elle porte notre mémoire.

Un voyage initiatique à la recherche de l’équilibre et de la guérison.
Par ce livre, Marine s'adresse à chacun de nous. Apprenons à nous faire confiance, à croire en nos rêves. La maladie fait partie de nos vies à tous, diagnostiquée ou pas. L’ambition de Marine est de donner aux autres l’envie de larguer les amarres, d’oublier leurs appréhensions et de croire que si l’on le veut, tout est possible. Un témoignage poignant, sans pathos, d’où l’humour n’est pas absent. L’auteur n’a pas pour but de faire pleurer dans les chaumières. Au contraire, elle aspire à redonner confiance à ses lecteurs et leur permet  ainsi de relativiser leurs petits bobos et leurs petits tracas.

 

Seper Hero de Marine Barnérias.

Editions Flammarion

Sortie le 24 mai 2017


Catherine Merveilleux