Le Jour et La Nuit
Le Jour et La Nuit

Et hop ! Les Guérisseurs

C’est au théâtre du Balcon, lors du Festival Off d’Avignon que viennent d’avoir lieu les  premières représentations de la pièce «Les Guérisseurs», un huis-clos caustique et âpre entre deux protagonistes : un patient qui craque littéralement (Richard Martin) et un médecin, charlatan ou génie inspiré (Rufus) à la réputation établie. Une création signée Rufus produite par le théâtre Toursky et le théâtre du Sémaphore.

crédit photos © Candice Nguyen

 

Le patient, Richard Martin, est dévasté par un mal-être qui se manifeste par des douleurs psychosomatiques. Tueur à gages, il éprouve de violentes et terribles douleurs à l’estomac chaque fois qu’il exécute quelqu’un. Il consulte pour pouvoir exercer sa profession sans souffrance au travail. Il a tout essayé : régimes alimentaires, a arrêté l’alcool, le tabac, le sucre et le journal télévisé. Il a sélectionné ses fréquentations et observé une morale intransigeante.


Rufus, est un guérisseur inspiré, exalté, un savant fou  en quelque sorte et malgré un discours très sérieux, ses méthodes semblent peu orthodoxes. Il a néanmoins des principes et du courage. Il refuse de soigner le tueur malgré ses menaces à son encontre et à l’encontre de sa famille. Humaniste, il finit cependant par accepter de soulager ses souffrances.

 

Rufus signe un texte au vitriol, pathétique, poétique, plein d’humanisme et d’intelligence qui suscite bien des questions philosophiques et existentielles. En effet, lorsque le tueur  supprime quelqu’un sa souffrance n’est-elle pas la résurgence de l’humanité qui subsiste en lui malgré son parcours erratique ? Supprimer ce symptôme, qui est un cri de sa conscience, n’est-ce pas éradiquer en lui tout sentiment de culpabilité ? Supprimer sa souffrance n’est-ce point banaliser ses actes criminels et faire de cet homme une machine à tuer sans aucune trace d’humanité ou d’empathie ?

 

L’interprétation des deux acteurs, tous les deux en grande forme, est prodigieuse. Le docteur interprété par Rufus tient un discours sérieux, professionnel torpillé par sa gestuelle contradictoire. Il ne maîtrise pas toujours l’action spontanée de ses mains, de ses pieds puis s’envole loin des diktats de la médecine dans une fuite poétique et imaginaire transcendant la réalité et lui permettant de casser le carcan de la réalité dans une catharsis salvatrice.
Le personnage du tueur interprété par Richard Martin, comédien, dramaturge, metteur en scène et directeur du célèbre théâtre Toursky, espace de création et laboratoire artistique est magistrale. Son charisme est indéniable et il réussit paradoxalement, grâce à l’empathie qu’il suscite en nous, à nous faire souhaiter la guérison de ce tueur sur gages qui mérite tout de même de subir quelques états d’âme et quelques brûlures d’estomac lorsqu’il fait passer un quidam de vie à trépas.
Le décor est minimaliste et épuré et se limite à un divan rouge qui est un lieu de pouvoir.
C’est une pièce profonde et légère car l’affrontement entre les deux hommes est plein d’humour. Le dramaturge nous fait entrer dans un univers onirique, loufoque, poétique et démentiel. Comme dans l’univers de Samuel Beckett, c’est l’absurde qui l’emporte. L’intrigue est bien construite, la progression, la dynamique théâtrale excellentes et le spectateur est tenu en haleine du début à la fin grâce aux divers rebondissements.  Comme dans toute psychanalyse, on remonte à l’enfance du tueur et à ses divers traumatismes successifs lorsque par exemple sa coloc’ dont il était amoureux l’a quitté ou lorsqu’elle lui a demandé de noyer des bébés chats. Une pièce sur le pouvoir de l’imagination, la magie de notre volonté qui nous force à  réfléchir au conditionnement des hommes, toujours ponctuée par un rire salvateur à l’image de la comédie humaine. Du bon, du très bon théâtre.

 

 

au Théâtre du Balcon à 15h40 à Avignon

Du 6 au 28 juillet 2018
Relâche les 10, 16,17, 18 et 24 juillet


Mise en scène : Rufus

Texte : Rufus

Interprétation :  Rufus, Richard Martin, Zoé Narcy

Régie générale et lumière : Zoé Narcy
https://www.toursky.fr/spectacle/et-hop-les-guerisseurs/


Catherine Merveilleux

#festivaldavignon2018, #avignonoff,  #lesguerisseurs, #theatretoursky, #catherine merveilleux, lejouretlanuit.net, #marseille, #avignon, #comedie, @rufus, @richardmartin, #lejouretlanuitpresse


Email