Le Jour et La Nuit
Le Jour et La Nuit

Piano Paradiso, le nouveau seul en scène de Alain Bernard à Avignon

Un film sans musique, c’est Hollywood sans stars, Cannes sans starlettes…
C’est d’ailleurs au Festival de Cannes que j’ai rencontré pour la première fois Alain Bernard. Tous les soirs, il animait le piano bar du Carlton. Toutes les stars de la Croisette, après la traditionnelle montée des marches, venaient se rassembler autour de son piano pour des soirées inoubliables où tout le monde chantait en buvant du champagne et en s’amusant. Je viens de le revoir au Festival off d’Avignon pour un «seul en scène» intitulé Piano Paradiso. Il est toujours aussi génial !

 

 

C’est, en fait, son second «seul en scène». Le premier s’appelait Piano Rigoletto. Piano Paradiso raconte l’histoire d’un musicien-compositeur qui se présente en scène comme un compositeur de musique de films mais dont on se rend vite compte qu’il n’a jamais pu aller au bout de son ambition et de son rêve. Un rêve contrarié qu’il sublime en plongeant dans les réminiscences de son enfance, en dirigeant un orchestre symphonique ou en puisant dans ses souvenirs de pianiste de piano bar. Des premiers cours de piano du petit garçon avec l’impitoyable et féroce Madame Ducolombier où il improvisait sur Mozart aux musiques de films, le spectateur suit donc le parcours d’un compositeur espiègle et attachant. Toute ressemblance avec Alain Bernard est … carrément faite exprès. L’excellente mise en scène est de Gil Galliot.
Pianiste talentueux, Alain Bernard est aussi un acteur aux mimiques très expressives. Il est très, très drôle. Dès le début du spectacle, il embarque le spectateur dans ses élucubrations et le tient en haleine jusqu’à la fin du spectacle après de longues digressions ponctués de jeux de mots irrésistibles. Le public conquis est pris à parti, rit de bon cœur à l’énumération de préceptes fantaisistes de musicologie, participe aux quiz musicaux, se remémore avec plaisir les grands standards du 7° Art et les plus grands succès du cinéma français et  international.
Le parcours farfelu d’un compositeur plein d’humour et plein de talent, l’épopée solitaire d’un musicien plein de rêves à travers musiques de films, chansons éternelles, morceaux de jazz ou répertoire classique. Le spectateur séduit rit, se souvient de grands moments d’émotion et se régale au niveau musical. C’est irrésistible musicalement et poétiquement et très drôle. En un mot, c’est  le spectacle à voir !


Piano Paradiso

Création

Théâtre Au coin de la Lune

24 rue Buffon

Avignon
DU 6 au 28 juillet à 14h15

Catherine Merveilleux

#festivaldavignon2018, #theatre, #pianoparadiso, #catherinemerveilleux, lejouretlanuit.net, @alainbernard

 


Email