Le Jour et La Nuit
Le Jour et La Nuit

Marché de Noël sous haute surveillance à Marseille après l’attentat de Berlin

Jean-Claude Gaudin, Maire de Marseille et Laurent Nunez, préfet de police des Bouches- du- Rhône se sont rendus ce matin sur le marché de Noël du Vieux-Port, trois jours après l’attentat du marché de Noël de Berlin, qui a fait 12 morts et 54 blessés.

 

Soucieux d’affirmer leur volonté de défendre les valeurs de la démocratie et de garantir le maintien des traditions provençales dans l’esprit de Noël, malgré la montée de la Barbarie et de l’intolérance, le maire de Marseille et le préfet de police ont parcouru les allées du fameux marché de Noël, à deux pas des étals des marchandes de poissons, sous un soleil radieux. Ils ont ainsi pu vérifier l’efficacité du dispositif mis en place sous leur autorité, depuis plusieurs semaines afin d’assurer la sécurité des personnes et des biens. Trois jours après l’attentat revendiqué par Daech, ils ont rencontré les commerçants qui affichaient un large sourire et ne trahissaient pas de signes d’inquiétude tangibles.  L’accueil des commerçants et des clients fut on ne peut plus chaleureux. La foule était dense dans les allées de ce marché de Noël à deux pas des bateaux qui oscillaient sous l’oeil de notre-Dame de la Garde. En tant que premier magistrat de la ville, Jean-Claude Gaudin accompagné de Laurent Nunez a rassuré ses ouailles, goûté aux spécialités provençales et corses, taquiné les bambins qui accompagnaient leurs parents et qui venaient voir le Père Noël. Il a rappelé que crèches et traditions de Noël faisaient partie du Patrimoine culturel de la Provence et a expliqué que toutes les mesures de sécurité étaient prises pour éviter que l’irrémédiable ne se produise. Il a expliqué que barrières Vauban et glissières assuraient un périmètre sécurisé renforcé par des équipes d’hommes vigilants, sur le pied de guerre et que de surcroît le centre ville était piétonnier. Nous sommes au point, au niveau de la sécurité, car depuis la coupe de l’Euro, nous avons multiplié les réunions avec la Préfecture et les Forces de l’Ordre. Nous avons désormais l’habitude de travailler en étroite collaboration. Cependant le risque zéro n’existe pas. Une menace plane, il ne faut pas faire preuve de déni, mais tout est mis en œuvre pour éviter le pire. Nous sommes en alerte. Il a ensuite raconté ses plus beaux souvenirs de Noël, confié que tous les ans, il faisait une crèche et rappelé son attachement aux traditions de Noël qui font partie de notre patrimoine et de notre culture.
Cela fait plaisir de voir que nos édiles et que le Préfet de police ne cèdent pas à la psychose, à la menace et qu’ils défendent les valeurs de la démocratie, de la liberté et la culture de notre Pays.


Catherine Merveilleux