Le Jour et La Nuit
Le Jour et La Nuit

Nathalie Paoli reçoit  Anne-Dauphine Julliand

Nathalie Paoli, Présidente fondatrice de l’Association le Point rose* vient de recevoir Anne-Dauphine Julliand, lors d’une conférence dans l’auditorium de la banque Populaire Méditerranée.

En introduction à cette conférence très émouvante, Nathalie Paoli a expliqué à l’assistance nombreuse qu’elle avait découvert le livre de Anne-Dauphine Julliand, Deux petits pas sur le sable mouillé alors qu’elle-même était à l’hôpital avec sa fille Carla-Marie, qui devait elle-même succomber peu de temps après des suites d’une tumeur au cerveau. "Ce livre m’a beaucoup aidée", a confié Nathalie Paolil, qui à la suite de la terrible épreuve qu’elle a vécue a créé l’Association Le Point rose dont l’objectif est d’accompagner les parents qui ont perdu un enfant.

Anne-Dauphine Julliand est journaliste, écrivaine et réalisatrice. Elle est l’Auteure de Deux petits pas sur le sable mouillé, d’Une journée particulière et du film Et Les Mistrals Gagnants. Lors de cette rencontre très attendue, elle a donné pour la première fois à Marseille une conférence sur le thème de son dernier livre intitulé Consolation (Editions Les Arènes).

 Anne-Dauphine Julliand avait déjà touché en plein cœur de nombreux lecteurs par son histoire autobiographique racontée dans son livre Deux petits pas sur le sable mouillé paru aux éditions Les Arènes, où elle décrivait comment elle et son mari, Loïc avaient découvert que leur petite fille, Thaïs âgée de deux ans avait un problème car sa démarche sur le sable mouillé les avait intrigués et interpellés.
Les médecins avaient alors découvert  à la suite d’investigations que la petite fille était atteinte de la Leucodystrophie Métachromatique, une maladie dégénérative incurable. Ses parents l’avaient alors accompagnée jusqu’au bout de sa maladie, jusqu’à ce qu’elle disparaisse à l’âge de trois ans.
Enceinte de sa deuxième fille, Azylis lorsqu’elle avait appris la maladie de ThaÏs, Anne-Dauphine avait appris alors que son bébé était encore in utero que celle-ci est atteinte de la même maladie incurable. Greffée à la naissance, Azylis avait alors grandi alors jusqu’à ce que la maladie la rattrape et elle avait fini par succomber des suites de sa maladie à l’âge de dix ans.

Depuis de nombreuses années, Anne-Dauphine Julliand témoigne de son parcours de vie, de couple et de famille face à la maladie et la mort de ses deux filles. Ses témoignages et ses conférences ont accompagné et aidé  de nombreux parents bouleversés et terrassés  par la souffrance et d’autres personnes plongées dans le plus grand désespoir pour d’autres motifs car dit-ele, il n’y a pas de hiérarchie dans la souffrance.

En janvier dernier,  Anne-Dauphine Julliand a perdu son fils aîné Gaspard âgé de 20 ans . Celui-ci s’est suicidé.

Au cours de la conférence, elle s’est confiée avec intelligence, sincérité  et pudeur sur la souffrance indicible, incoercible et inimaginable, qui est celle de perdre trois enfants et elle a parlé de la consolation qui l’a beaucoup aidée dans ses épreuves. C’est d’ailleurs le sujet de son dernier livre intitulé Consolation paru aux éditions les Arènes.

" J'ai beaucoup souffert et je souffre encore. Mais j'ai appris la consolation. Ce délicat rapport à l'autre : s'approcher, toucher, parler. "

Ce livre intelligent parle de ceux qui consolent et de ceux que l'on console. Grâce à  son vécu, Anne-Dauphine partage ses expériences, ses réflexions. Elle évoque ses deux filles, Thaïs et Azylis, mais aussi Loïc, son mari, Gaspard son fils aîné et enfin Arthur, le plus jeune. Son récit est aussi un bel hommage à tous les consolants : une sœur qui vous prend dans les bras, une infirmière qui s'assoit sur le bord du lit et prend juste le temps  de dire: «Je suis là». Sans pathos, avec délicatesse, au cours de scènes courtes, vécues et authentiques qu'elle rend inoubliables, elle nous touche en plein cœur.

Anne-Dauphine Julliand sait que la souffrance ne passera pas mais qu'elle peut s'apprivoiser. Quand une journaliste lui demande comment elle fait quand elle est triste, elle répond qu'elle a un truc imparable : elle pleure. Forte et fragile, elle nous apprend les bienfaits de la consolation.

 

Une conférence et un livre, qui malgré le terrible sujet apaise, réconforte, donne envie de consoler et redonne foi en l’humanité, en l’amour de l’autre et en l’espoir. Malgré la dureté du sujet, je suis ressortie de cette conférence organisée par le Point rose pleine d’espoir et de foi en l’humanité.


*Le Point rose est une association qui accompagne les familles confrontées à la fin de vie d’un enfant avec une prise en charge adaptée pour les soutenir dans cette épreuve et les aider à trouver une forme de résilience après l’impensable.

 

 


Catherine Merveilleux

 

 

 


@nathaliepaoli, #lepointrose, #annedauphinejulliand, #editionslesarenes, #catherinemerveilleux, lejouretlanuit.net, #marseille, #résilience, #troispetitspassurlesablemouille, #deuil, #mort


Email