Le Jour et La Nuit
Le Jour et La Nuit

Renaud Muselier oppose « le dynamisme » de la Région à « l’immobilisme » de la Mairie de Marseille

Lors de ses vœux à la presse, Renaud Muselier, Président de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur a déclaré que « Jean-Claude Gaudin avait fait deux mandats de trop ». Il a dressé un constat de l’état consternant de sa ville, notamment en matière de propreté et il a vivement critiqué  l’état déplorable des hôpitaux de Marseille.

 

Renaud Muselier a tout d’abord dressé le bilan de ses neuf premiers mois à la tête de la Région où il a succédé à Christian Estrosi. Une région dont les dettes s’élevaient à 2,4 milliards d’euros et où les impôts étaient les plus élevés de France à l’issue du mandat de Michel Vauzelle et qui, depuis 2 ans, est devenue l’une des institutions les mieux gérées de France selon le journal « Les Echos » et la plus dynamique selon le journal « La Tribune ».

 

Après avoir vivement critiqué le manque d’anticipation de la Ministre de la justice, madame Nicole Belloubey, notamment en matière de sécurité des prisons et dont la seule décision a été d’autoriser les téléphones en prison, il a réitéré les critiques proférées la veille sur l’antenne de Public Sénat contre Jean-Claude Gaudin en dénonçant «son immobilisme». « J’ai gagné ma liberté de parole. Je l’ai chèrement gagné » a-t-il expliqué. « Ce n’est pas parce que j’appartiens à la même famille politique que Jean-Claude Gaudin que je dois me taire. Les dysfonctionnements sont nombreux. La situation des hôpitaux est un désastre. Je sais de quoi je parle. J’ai fait mes études de médecine à Marseille et j’y ai été médecin du Samu. Aujourd’hui, de nombreux hôpitaux ferment sous prétexte de restructuration et le maire de Marseille, Président du conseil de Surveillance de l’AP-HM  ne dit rien et prétend que tout va bien {…} En tant que Président de la Région, j’ai proposé d’aider Marseille en finançant des projets à hauteur de 100 millions d’euros pour la ville et de 120 millions d’euros pour la Métropole, à ce jour je n’ai toujours pas obtenu un rendez-vous de signature avec Jean-Claude Gaudin {…} Je ne lui demanderai pas de se retirer et d’abandonner ses mandats avant leur terme car de toute façon, il ne lâchera jamais» a expliqué celui, à qui en 1995 Jean-Claude Gaudin avait promis, dit-il, la Mairie de Marseille, lors des prochaines élections municipales : « En 1995, lorsque nous avons été élus ensemble, Jean-Claude Gaudin et moi, nous étions très heureux. En revenant en voiture du siège de la permanence de la rue Sainte-Cécile, Jean-Claude a mis sa main sur ma cuisse et m’a dit la prochaine fois, c’est toi ».


Interrogé par un journaliste sur les propos tenus la veille sur l’antenne de Public Sénat à  propos d’une cohabitation « politico-mafieuse » , il a confirmé qu’il s’était effectivement  passé «des choses sales» et a incité le journaliste à se référer au livre qu’il avait lui-même précédemment écrit sur le sujet. Le Président de Région a aussi reproché à Jean-Claude Gaudin de ne pas avoir désigné de successeur.
Bien évidemment, ces propos ont créé le buzz dans le Landerneau des journalistes et le microcosme politique marseillais. Bien qu’il assure ne pas vouloir quitter la Présidence de la Région et ne pas briguer le poste de premier magistrat de la ville, Renaud Muselier a jeté un pavé dans la mare et a libéré la parole des militants de son parti.


Catherine Merveilleux

 


Email