Le Jour et La Nuit
Le Jour et La Nuit

Recommandez cette page sur :

 Rencontre avec le nouveau Grand Maître du Grand Orient de France

 A l’heure où le débat sur la laïcité et sur le Birkini fait rage et défraye la chronique, nous avons rencontré  le nouveau Grand Maître du Grand Orient de France, Christophe Habas qui vient d’être élu, lors du convent international annuel du Grand Orient qui s’est tenu les 25, 26, 27 août pour la première fois à Marseille. Il nous a parlé de laïcité, de valeurs républicaines et d’humanisme.

 

 

Ce radiologue parisien, de 49 ans, chef du service d’imagerie médicale de l’Hôpital des Quinze-Vingts à Paris vient d’être élu à 24 voix sur 35 et compte s’inscrire dans la continuité du travail de son prédécesseur, Daniel Keller, énarque, normalien, directeur concessionnaire du groupe Renault, membre consultatif de la Commission des Droits de l’Homme et fervent défenseur de la Laïcité à Fontenay-sous-Bois.
Lors de son convent annuel, les délégués des 1200 loges ont longuement débattu sur des problématiques sociétales cruciales et d’une actualité brûlante à l’heure où les sensibilités sont exacerbées et les esprits agités par une tendance à la psychose liée aux récents événements qui ont frappé la France. « Je compte travailler dans la continuité et sans rupture, je voudrais notamment  approfondir la réflexion qui est la nôtre sur les différents maux qui menacent notre société, comme la montée de l’extrême droite, l’exacerbation de la violence, l’ultra-libéralisme, la perte des valeurs, la déliquescence de la citoyenneté. La République est menacée. L’Humanisme est en danger. Il convient de redéfinir ce qu’est la laïcité et ce que sont les valeurs de la République. Le Grand Orient de France est un lieu de dialogue où chacun peut s’exprimer librement, sereinement et être écouté avec bienveillance, en évitant, autant que faire se peut, que la Pensée unique ne fige le débat. » Avec 52 000 adhérents dont 3000 sœurs car la Franc Maçonnerie s’est , depuis 4 ans, ouverte à la mixité, le Grand Orient de France représente 30% de la Franc-Maçonnerie française. «La Franc Maçonnerie fait depuis toujours fantasmer beaucoup de gens, pourtant ce n’est pas une secte, c’est une instance de réflexion philosophique, politique qui défend un certain nombre de valeurs. C’est en quelque sorte une école de l’Honnête homme, au sens qu’on donnait à l’expression au XVII ° siècle. », a expliqué Christophe Habas. Il a aussi expliqué que les réflexions des Francs Maçons étaient écoutées et prises en considération par les Politiques, bien que cette institution soit indépendante de tout pouvoir public et non inféodée à un parti quelqu’il soit. « Les valeurs que nous défendons sont essentiellement celles qui protègent la Dignité de l’homme : Nous avons mené des combats contre la peine de mort, défendu le droit à l’avortement, le droit à la santé et à la protection sociale » a-t-il ajouté. Questionné par les journalistes présents lors de la conférence de presse, Christophe Habas a insisté sur l’importance de la laïcité et rappelé que la loi de 1905 ne prônait pas de supprimer les religions, mais permettait au contraire la co-existence de toutes les religions au nom des droits constitutionnels fondamentaux. Appelons au respect de cette loi, sans restriction, sans clientélisme » a-t-il affirmé. « C’est important. Le but des terroristes est de semer la discorde et d’attiser les braises d’une guerre civile. L’affaire du Burkini est instrumentalisée  de toutes parts, notamment par le FN à seule fin de diviser les citoyens français. Le repli identitaire et les communautarismes sont bien sûr des fléaux à éradiquer. Toute volonté théocratique est à bannir. Mais toute l’instrumentalisation de cette affaire  ajoute à la confusion et à la division. Dans la mesure où le port du Burkini ne nuit pas à l’ordre public ce n’est pas un délit. Nous vivons une crise de la société. Il faut en prendre conscience et trouver avec intelligence et humanisme les moyens d’en sortir. »  
Le GODF se réunira l’an prochain encore à Marseille pour son convent annuel. Christophe Habas  ne pourra exercer qu’un mandat d’un an, mais cette année sera importante et  stratégique en raison de l’élection présidentielle qui se profile à l’horizon et en raison des  problématiques de la sécurité, de la laïcité essentielles cruciales qui risquent encore de s’exacerber dans les mois à venir.

Catherine Merveilleux