Le Jour et La Nuit
Le Jour et La Nuit

Vœux de Renaud Muselier, président de la Région Sud à la presse

Renaud Muselier, président de la Région sud vient de présenter ses  traditionnels vœux à la presse. Il a fait le bilan d’une année marquée par la catastrophe de la rue d’Aubagne, la grave crise des Gilets jaunes et les turbulences que traverse depuis plusieurs semaines notre pays. Il a ensuite abordé comment il comptait aborder l’avenir en 2019.

 

Renaud Muselier a expliqué que « la grave crise que la France traversait était due aux promesses que le président de la République n’avait pas honorées, que lui-même avait tenté en vain d’alerter le chef de l’Etat sur la situation explosive de notre pays, mais que la seule réponse à ses sollicitations avaient été une centralisation renforcée du pouvoir exécutif entre les mêmes mains ». « Nous demandions dans l’Appel des maires de juin 2018 un changement orbital, dès septembre 2018, mais nous n’avons pas été écoutés.», at-il déclaré.

Renaud Muselier a ensuite expliqué qu’une consultation démocratique des citoyens sur une plate forme où tous les sujets seraient abordés sans restrictions et sans tabous était cruciale. « Il ne suffit pas d’installer des cahiers de doléances dans les mairies. Il faut consulter nos concitoyens de manière démocratique en amont et en aval sur les grands projets de société et sur les dossiers. Je suis pour une démocratie représentative forte et puissante, at-il précisé, par contre il est indéniable que notre pays a besoin d’ordre, qu’il faut respecter la loi et que nul ne peut y déroger ».

Il a ensuite expliqué les raisons qui l’ont poussé à lancer une cagnotte sur Leetchi en faveur des policiers, des CRS, des forces de l’ordre et des pompiers blessés, lors des manifestations des Gilets jaunes. « Le succès prodigieux de cette cagnotte en quelques heures est la formidable réponse citoyenne d’une majorité silencieuse, ce qui prouve qu’une grande partie des Français est à la recherche d’autorité et qu’il est urgent de rétablir l’autorité des professeurs, des forces de l’ordre. Certains espèrent le chaos, certains rêvent de chienlit. Pas moi. Le succès de cette cagnotte prouve que les Français respectent encore la République. Je ne suis, bien sûr, pas opposé à la liberté de manifester, qui est un droit fondamental, mais cela ne peut se faire qu’en respectant les normes et les lois en vigueur et en ne portant pas atteinte à la liberté de circuler et à la liberté de travailler des autres citoyens.», a-il assuré.

 

Renaud Muselier a évoqué avec émotion les 8 victimes de la rue d’Aubagne, et a déclaré qu’ «il appartiendrait à la justice de déterminer les responsabilités de chacun, qu’il ne voulait pas en rajouter, que le Conseil régional avait pour sa part débloqué 100.000 euros au lendemain de cette terrible tragédie, que lui et ses services avaient travaillé en concertation avec la Croix rouge et continuaient à le faire car l’urgence était aujourd’hui de reloger les sinistrés ».

 

Le président a ensuite abordé des sujets économiques moins tragiques et a dressé le bilan de 2018 et les perspectives de 2019. Il s’est réjoui d’avoir réussi à ramener le Grand Prix de Formule 1 au Castellet. Retour qui génère des retombées économiques considérables. Il a ensuite expliqué que le pari de faire de la Région sud, la première Smart région d’Europe avait été couronné de succès. Le bilan financier est concluant, s’est-il réjoui avec des dépenses maintenues à 1,2. "Nous avons réussi ce pari at-il expliqué car la loi nous attribue des compétences que nous avons appliquées sans extrapoler et sans entrer dans des compétences qui n’étaient pas les nôtres. La Région Sud a cinq millions d’habitants et recouvre un grand nombre de compétences. Elle a notamment en charge la gestion des lycées et la formation. Renaud Muselier a rappelé les mesures prises en faveur de la jeunesse, en l’occurence les mesures en matière de sécurité dans certains lycées avec la mise en service de portails de sécurité avec reconnaissance faciale. Le président du conseil régional n’a éludé aucune question des journalistes et a répondu avec cohérence et transparence à leurs questions, notamment à propos de la crise des Gilets jaunes sur laquelle il est revenu à plusieurs reprises car elle l’inquiète et l’effondrement des immeubles de la rue d’Aubagne qui l’a forcé à accepter la démission de Xavier Cachard, un ami, Vice Président de la Région sud. En ce qui concerne Arlette Fructus, responsable de Marseille Habitat, ce n’est pas elle qui a proposé sa démission. Il l’a forcée à quitter ses fonctions, at-il expliqué.  « Elle aura à assumer à ce qu’elle a à assumer.», a t-il précisé.

 

Le président de la Région Sud s’est dit très heureux en tant que président de région, mais n’a pas exclu la possibilité de se présenter comme Maire aux prochaines élections municipales à Marseille. Tout dépendra de la conjoncture et du mode de scrutin. Si cela était, je voudrais une équipe qui ait volonté et surtout compétence car comme nous venons de le voir, l’incompétence pèse très lourd. En ce qui concerne les échéances électorales aux Européennes, il ne se présentera pas, mais soutiendra, assure t-il la liste Les Républicains.

À plusieurs reprises, il est revenu sur les turbulences que traverse la France depuis plusieurs semaines et a estimé incroyable que lors du Grand débat, certaines questions soient taboues. Notre pays est une marmite qui bout et Benjamin Griveaux, le porte-parole de l’Elysée ne fait qu’aggraver la situation par ses déclarations intempestives qui jettent de l’huile sur le feu, estime t-il. L’heure est venue à la concertation et il est crucial que les citoyens s’expriment sur les dossiers fondamentaux. Le président de Région a, par ailleurs, exprimé son incompréhension au fait que  Thierry Mariani se positionne comme appartenant au Rassemblement National alors qu’il a toujours remporté ses combats électoraux en se battant contre le F.N.
« Je suis médecin de formation. Face au désastre humain et à la violence actuelle, je continue à réfléchir et à réagir en posant un diagnostic puis en cherchant le remède approprié » a conclu Renaud Muselier très détendu, à l’aise dans ses dossiers et en phase avec lui-même.
 

Catherine Merveilleux


#regionsud, #renaudmuslelier, #5novembre, #ruedaubagne, #giletsjaunes, #politique, #catherinemerveilleux, lejouretlanuit.net, #lejouretlanuitpresse, #marseille,


Email